Variation des conditions d’installation le long du parcours d’un câble

Dans une installation électrique, il est courant que les conditions d’installation varient le long du parcours d’un câble. La question qui se pose alors est la suivante : quel mode de pose attribuer au câble pour la vérification de l’intensité admissible ?

La réponse normative est claire (NF C 15-100 § 523.7 ou CEI 60364-5-52 § 523.8) : « Si les conditions de dissipation de chaleur varient sur une partie du parcours, les courants admissibles doivent être déterminés pour la partie du parcours présentant les conditions les plus défavorables. »

Les modes de pose présentés dans les normes précitées permettent, dans les cas usuels, de s’affranchir des fastidieux calculs décrits dans la série des normes CEI 60287 pour la détermination des courants admissibles.

Cette simplification, bien réelle lorsque le mode de pose reste constant le long du parcours du câble, masque une vraie difficulté de comparaison si les conditions d’installation varient sur ce parcours.

En effet, les modes de pose sont classés par famille, renvoient sur des méthodes de référence qui déterminent les tableaux d’intensité admissible à utiliser, font appel à des coefficients de correction qui peuvent différer d’une famille à l’autre voire d’un mode de pose à l’autre. Il n’y a d’autre choix que d’aller au bout du calcul pour chacun des modes de pose utilisés.

En bref, la détermination du mode de pose le plus contraignant n’a rien d’intuitif pour le concepteur de l’installation dont le désarroi, à l’heure du choix, croît proportionnellement au nombre de situations rencontrées.

Afin d’améliorer la productivité sans faire de choix hasardeux, elec calc™ 2018 propose donc à l’utilisateur de saisir pour un câble donné autant de modes de pose que nécessaire, le logiciel se chargeant d’effectuer les calculs d’intensité admissible pour chacun d’eux et de choisir le plus contraignant pour les vérifications normatives. Bien sûr, grâce au calcul en temps réel, elec calc TM 2018 adapte immédiatement le mode de pose le plus contraignant en cas de modification des paramètres d’environnement par exemple.

 

Par Philippe Aupetit – Responsable Produit elec calc™

 

Voulez-vous en savoir plus?
Tracesoftware – Empowering electrical solutions.
 Webinars    eSHOP    Ventes

Module Arc Flash d’elec calc™ : protection contre le risque d’arcs électriques

Trace Software International  annonce le lancement commercial du module arc flash d’elec calc™ , une solution unique qui permet de protéger les personnes et les installations contre les risques dus aux arcs électriques. Trace Software dispose d’une expertise unique dans la conception de logiciels pour l’ingénierie électrique depuis 1987.

 

Qu’est-ce qu’un arc flash ou arc électrique ?

Selon la norme NFPA 70E (norme de sécurité électrique en milieu de travail de la National Fire Protection Association), un arc flash est défini comme une « condition dangereuse associée à la libération d’énergie causée par un arc électrique ».

Un arc électrique se produit chaque fois qu’il y a une perte d’isolation entre deux objets conducteurs à un potentiel suffisant. A proximité d’équipements électriques de forte puissance, le courant de court-circuit disponible est élevé et par conséquent, il en est de même pour l’énergie associée à l’arc électrique en cas de défaut.

En Europe, la réglementation et la normalisation (par exemple la publication UTE C 18-510 en France) visent principalement à protéger les travailleurs contre les risques de contacts directs lors des travaux et interventions sur et à proximité des installations électriques. Les risques en cas d’arc électrique et les moyens pour les prévenir sont évoqués mais non développés. Dans certains pays, notamment en Amérique du Nord, ces risques sont mieux pris en compte, aussi bien pour les aspects humains que matériels et financiers et la réglementation est beaucoup plus contraignante dans ce domaine.

Les effets de l’arc électrique

  • L’arc électrique produit une lumière et une chaleur intenses, un bruit important, une surpression élevée
  • La chaleur et les projections de métal en fusion peuvent provoquer des brûlures létales
  • Le bruit peut entraîner des déficiences auditives permanentes ou temporaires, le flash des troubles de la vision
  • La surpression peut ouvrir et projeter les portes des armoires électriques ou provoquer des chutes lors de travaux en hauteur

En plus des blessures graves qu’il provoque, un arc électrique peut endommager les équipements de manière conséquente et perturber ainsi les systèmes électriques dans les environnements industriels de fabrication et de transformation, ou dans les bâtiments tertiaires. Le coût des temps d’arrêt peut être alors considérable.

Evaluation du risque

Il n’existe pas de méthode d’analyse et d’évaluation du risque par les normes CEI ou européennes. En revanche, les Etats-Unis disposent des textes suivants :

  • NFPA 70E (Standard for Electrical Safety in the Workplace) prend en compte l’ensemble des risques électriques dont ceux dus aux arcs électriques préconise les EPI (Equipement de Protection Individuelle) à utiliser en fonction du niveau de risque
  • IEEE 1584-2002 (Guide for Performing Arc-Flash Hazard Calculations) donne les méthodes pour calculer l’énergie incidente en cas d’arc électrique permet de déterminer une distance d’approche dangereuse

 Le module Arc Flash d’elec calc™ 

La gestion et la prévention des risques ont toujours été des points clés dans les programmes de sécurité dans l’industrie électrique. Une juste évaluation du niveau de risque de l’arc flash permet de sécuriser l’environnement de travail et contribue à réduire les temps d’arrêt.

Le module d’arc flash dote les professionnels de l’électricité d’un outil fondamental à partir duquel l’utilisateur pourra développer son analyse de risque à proximité des tableaux et des panneaux de distribution.

Par sa conception, elec calc ™ intègre désormais de nouvelles fonctionnalités permettant de calculer les données de l’arc flash, à partir desquelles l’utilisateur pourra développer son analyse de sécurité autour des tableaux de distribution et des armoires électriques.

A partir des scénarios de fonctionnement décrits dans un projet, elec calc™ détermine les courants de court-circuit triphasés maximum et minimum susceptibles de se produire sur un répartiteur. Il calcule les temps de coupure correspondants des appareils de protection concernés. Les données spécifiques de l’équipement peuvent être complétées ou modifiées par l’utilisateur via une interface simple. Il fournit les résultats suivants conformément aux méthodes de calcul du guide IEEE 1583-2002:

  • L’énergie incidente maximale à la distance de travail
  • La distance de protection pour l’énergie maximale admissible
  • La classe des gants (EPI) à utiliser pour prévenir le risque de choc électrique (normes CEI 60903 et ASTM D 120)

Etiquettes d’avertissement

Avec le module Arc Flash, vous pouvez imprimer les étiquettes d’avertissement à apposer sur l’équipement concerné afin d’informer le personnel. Le format proposé est conforme aux recommandations du document NFPA 70E (édition 2018). elec calc ™ surveille également les évolutions de l’installation et prévient de l’obsolescence des étiquettes.

Trace Software International s’engage à concevoir des solutions capables de garantir la sécurité électrique et la protection des systèmes. Plus de 30 ans d’expérience dans le secteur de l’ingénierie électrique nous ont permis de répondre aux plus hautes exigences en matière de qualité et de sécurité mais également aux standards requis par les réglementations locales et internationales.

Voulez-vous en savoir plus?
Tracesoftware – Empowering electrical solutions.
 Webinars    eSHOP    Ventes

Narendra Modi : l’homme qui est derrière la révolution énergétique indienne

Conformément à la Déclaration de Paris lors de l’Alliance solaire internationale du 30 novembre 2015, le chef du gouvernement indien, Narendra Modi, prend les rênes de la révolution énergétique dans le pays. L’objectif ambitieux est d’atteindre la production de 100 GW d’énergie solaire d’ici 2022, sur un total de 175 GW que le pays envisage de produire à partir de sources renouvelables.

Les données sont parlantes, le marché indien est florissant. Le pays est en compétition pour devenir le leader du marché de l’énergie solaire et surplomber ainsi la Chine et les États-Unis. Pour le chef du gouvernement indien, l’objectif principal est de faire de l’énergie solaire, dans un avenir proche, l’une des principales sources de production d’énergie.

La demande mondiale atteint 113 GW cette année et selon les mêmes prévisions, le quatrième trimestre sera le plus important de l’histoire avec 34 GW attendus. 2017 a également été une année assez importante pour l’industrie photovoltaïque avec un cumul de 5525,98 MW en termes de capacité de production d’énergie photovoltaïque.

Selon IHS Markit, avec 11 GW, l’Inde est pressentie pour devenir le deuxième plus grand marché du solaire photovoltaïque en 2018 devant les Etats-Unis.

Ceci est le résultat des actions du gouvernement présidé par Narenda Modi et il montre que non seulement un pacte moral a été promis à la conférence de Paris sur le changement climatique en 2015, mais aussi que de réels efforts ont été faits pour assurer un avenir vert au pays.

Les engagements du pays ont été renouvelés lors du premier sommet de l‘International Solar Alliance qui s’est tenu à New Delhi en mars 2018. L’événement rassemble 121 pays engagés dans des discussions pour la promotion et l’échange de technologies pour la production d’énergie solaire.

L’Inde accélère le développement de projets dans le secteur des énergies renouvelables, pour fournir une énergie abordable, fiable et propre à ses 1,3 milliard de personnes. Le Ministère de l’énergie nouvelle et renouvelable (MNRE) a déclaré que le pays a généré 12 973,6 kWh d’énergie solaire au cours de l’exercice 2017-2018.

Pour y parvenir, une série d’actions stratégiques ont été récemment adoptées : primes basées sur la production d’énergie, subventions en capital et intérêts, prêts bonifiés et incitations fiscales, réglementations sur la qualité des installations.

Quelques précisions : 

– Le gouvernement a publié des lignes directrices pour la fourniture d’énergie solaire et éolienne par des enchères concurrentielles et a prolongé l’obligation d’achat renouvelable (RPO) jusqu’en 2018-2019, notifiant également les normes pour la mise en œuvre des installations photovoltaïques.

– Le décret sur les installations photovoltaïques, les systèmes, les dispositifs et les composants solaires (inscription obligatoire), a été publié en septembre 2017. Il s’agit d’un règlement qui fixe les normes minimales pour garantir la qualité des équipements photovoltaïques sur le marché indien incluant les aspects fabrication, stockage, vente, distribution.

Afin d’encourager la production nationale, le MNRE fournit une série de subventions qui comprennent également une aide nationale pour la production d’énergie solaire.

Ces mesures sont nécessaires pour atteindre l’objectif ambitieux de 175 GW, fixé pour 2022. La mauvaise qualité des installations pourrait cependant poser représenter des défis importants à l’avenir. Par exemple, Des panneaux de dimensions inadéquates peuvent provoquer des infiltrations d’eau, un câble cassé peut gravement endommager le toit, sans parler de la dégradation des performances du système.

Trace Software International peut accompagner la gestion de l’ensemble d’installations photovoltaïques avec archelios ™ suite. Cette solution complète et unique permet de gérer tout projet depuis l’étude de faisabilité, la bancabilité, la conception 3D, les notes de conformité et de calcul, jusqu’à la gestion de l’exploitation et de la maintenance.