Articles

Fausses idées reçues à propos de la sécurité électrique- Trace Software International

Fausses idées reçues à propos de la sécurité électrique

L’objectif de la gestion du risque électrique est de réduire ce risque au minimum selon des standards en vigueur et d’éviter les potentiels effets négatifs. Dans le secteur de l’électrotechnique, il existe de nombreuses situations dans lesquelles un danger réel peut survenir, étant donné que les employés, sur un site industriel, doivent gérer les équipements électriques.

Les législations compétentes doivent donc gérer plusieurs aspects pour garantir :

 

– la bonne utilisation de tous les équipements électriques, compte tenu des conditions environnementales et opérationnelles.

– l’utilisation correcte des matériaux.

– le respect du processus de maintenance, visant à assurer la sécurité de l’environnement de travail dans le temps.

– l’adoption de mesures de protection spécifiques dans le domaine de la sécurité des employés, y compris dans cette procédure, l’équipement et la formation professionnelle.

 

Cependant, comme dans tous les domaines, même dans l’industrie des systèmes électriques, il y a beaucoup de fausses idées transmises à l’environnement de travail, qui est en fait le lieu où chacun forme son expérience.

 

Le but de cet article est de diffuser les bonnes informations et les bonnes pratiques dans l’industrie de l’électrotechnique. L’article original a été écrit par James R. White – Membre de l’IEEE, auquel nous nous référons pour résumer les grandes lignes :

 

  • « L’énergie incidente est si élevée que vous ne pouvez pas entrer dans la centrale sans EPI. » Une autre fausse idée commune est « Vous avez besoin d’un EPI à arc électrique pour marcher dans une pièce avec du matériel électrique ». Il n’est pas nécessaire de porter un EPI à protection contre les arcs si vous êtes à proximité d’un équipement sous tension. Même si le risque existe, il ne crée pas le besoin d’un EPI à arc, sauf si vous interagissez avec l’équipement de manière à provoquer une défaillance. En effet, les appareils électriques de moins de 600 volts qui ont été correctement installés conformément à toutes les normes ne présentent pas de risque d’arc électrique, à moins qu’ils ne soient utilisés de manière à provoquer une défaillance.

 

  • Les règles de sécurité ne sont pas comme les normes de construction (IEC, NEC, …), où une fois l’installation construite selon les normes et codes actuels, elle ne nécessite pas de mise à jour, sauf si l’installation subit une rénovation majeure. Les règlements de sécurité adoptent des pratiques de travail sécuritaires qui évoluent et doivent être continuellement appliquées.

 

  • L’expérience compte, mais ce n’est pas toujours suffisant. Les statistiques confirment ces données dans le domaine de la sécurité des systèmes électriques. L’idée qu’un employé peut être considéré comme qualifié uniquement par son expérience n’est pas toujours vraie. Etre qualifié signifie posséder beaucoup de compétences techniques mais aussi des compétences et des connaissances en matière de sécurité.

 

  • Un mythe évident est la croyance totalement infondée que seules les personnes dont le titre inclut « électricien » ou similaire ont besoin de formation. Selon l’OSHA – l’administration de la sécurité et de la santé au travail aux États-Unis – la formation est essentielle pour tous ceux qui travaillent sur le terrain et qui sont exposés aux risques.

 

  • Les hôpitaux n’ont pas toujours les bonnes connaissances lorsqu’ils parlent de victimes de chocs électriques. Le nombre de victimes d’électrocution est inférieur à celui des accidents courants.

 

  • « Si vous touchez un disjoncteur de 20A, vous recevrez un courant de 20A dans tout votre corps ». C’est une phrase que les chefs d’équipe répètent peut-être pour s’assurer que tout le monde travaille dans le respect des règles de sécurité. Mais une fois que l’on réalise que c’est un mensonge, l’effet inverse est irrémédiablement obtenu. Il est cité : « Seul le courant autorisé par la loi d’OHM circulera à travers une personne, ce courant étant dicté par la tension divisée par la résistance du corps, cette résistance est généralement reconnue comme étant de l’ordre de 1000 Ω (6) pour un homme moyen. Il y a des facteurs qui tendront à modifier cette valeur ou à la réduire, comme la masse osseuse, la surface au sol, le matériau de la chaussure, l’environnement humide, etc., mais c’est un bon chiffre pour commencer. À 120 V et avec une résistance de 1000 Ω dans le circuit, le flux de courant serait limité à un maximum de 120 mA. Cette valeur actuelle pourrait certainement être mortelle et ne devrait pas être considérée comme inoffensive, mais elle devrait également servir à instruire de nouveaux travailleurs dans le domaine de l’électricité pour les risques réels de leur travail « 

 

  • « La mise à la terre est inutile ». Il n’y a rien de plus faux qu’une telle déclaration. La mise à la terre est une composante fondamentale de la sécurité électrique.

 

La sécurité est un principe fondamental, surtout quand on parle de sécurité électrique. Une formation efficace, la conformité de l’équipement aux normes, l’utilisation correcte des matériaux, la maintenance et l’utilisation des connaissances propres peuvent grandement y contribuer.

elec calc™ est le logiciel de Trace Software International  dédié aux installations électriques en Haute et Basse Tension, qui permet le calcul en temps réel en conformité aux normes internationales, conçue pour une productivité et une sécurité maximale.

 

 

Voulez-vous en savoir plus?

Tracesoftware – Empowering electrical solutions.

 Webinars    eSHOP    Sales