Le logiciel elec calc™ référencé par la marque ELIE BT

Le logiciel elec calc™,  conçu pour le calcul d’installations électriques haute et basse tension, a été référencé par la marque ELIE BT.
La marque ELIE BT est destinée à promouvoir les logiciels de calcul ayant satisfait aux exigences d’un référentiel technique défini par le Gimélec. La marque est désormais, pour les utilisateurs, une référence pour le respect des règles de calcul des installations électriques réalisées selon les normes françaises.
Un partenariat avec la FFIE
Le Gimélec, organisation professionnelle qui fédère les industriels des systèmes de pilotage et d’optimisation de l’énergie et des process, a lancé la marque collective le 25 juin 2018 en partenariat avec la FFIE et en collaboration avec le comité ELIE (Editeurs de Logiciels dédiés à l’Installation Electrique).
Un des objectifs de la marque ELIE BT est de pallier l’arrêt de la délivrance des avis techniques par l’UTE et d’apporter une réponse aux exigences de l’Arrêté Ministériel du 26 décembre 2011, qui précise les obligations relatives à la vérification des notes de calcul des installations électriques.
Le droit d’usage ELIE BT est accordé aux logiciels elec calc™ classic et elec calc™ 2018
L’affichage de la marque ELIE BT indique clairement aux utilisateurs, la conformité des logiciels de calcul  elec calc™ classic et elec calc™ 2018  aux référentiels techniques retenus par la marque, et donc le respect des règles et des formules de calcul issues des normes applicables.
Trace Software International réalise depuis trente ans ses investissements en recherche et développement dans un souci constant d’innovation et de performance, afin de fournir aux professionnels de l’électricité les meilleures solutions pour la réalisation de leurs projets d’installations électriques.
Plus d’informations sur la marque ELIE BT : http://bit.ly/Link_ELIE
Voulez-vous en savoir plus?
Tracesoftware – Empowering electrical solutions.
 Webinars    eSHOP    Ventes

L’accès à l’énergie : un problème pour certains pays d’Afrique

Environ 1,2 milliard de personnes dans le monde connaissent la pauvreté énergétique, avec une concentration de 80% dans les zones rurales. Le manque d’accès à des formes d’énergies efficaces est un obstacle à la réalisation du programme de développement des Nations Unies, Millennium Development Goals, et par conséquent un frein au développement humain et économique.

Quelle est la situation actuelle en Afrique ? Selon Sri Mulyani Indrawati, Directeur Général et Chef de l’exploitation de la Banque Mondiale, certaines régions d’Afrique, en particulier les régions subsahariennes, peinent à accéder à l’énergie et subissent au moins 20 heures de panne d’électricité par mois. Pourquoi ces régions ne peuvent-elles accéder pleinement à l’énergie ? Plusieurs facteurs critiques ralentissent la croissance économique. L’Afrique est freinée principalement par des infrastructures inadéquates et un cadre institutionnel souvent inapproprié et incomplet. Des moyens de financement limités entravent également le développement de nombreuses régions.

Les projets dans le secteur des énergies renouvelables nécessitent des investissements massifs dont la valeur varie entre 33,4 et 63 milliards de dollars. La situation en Afrique est différente et au cours des 10 dernières années, les dépenses annuelles moyennes n’ont pas dépassé 12 milliards de dollars. Le business model obsolète est aussi à prendre en compte tout comme les prix élevés de la technologie des énergies renouvelables.

La situation en Afrique du Nord est plus prometteuse. Des investissements importants dans des projets d’énergies renouvelables ont permis de développer ce secteur au Maroc, en Tunisie, en Algérie et en Égypte. L’énergie solaire est, en effet, une solution évidente pour les 600 millions d’Africains qui vivent sans électricité.

L’énergie solaire est une opportunité émergente, avec un potentiel élevé et une grande capacité à créer de nouvelles activités économiques. Parmi les projets les plus propices, il faut prendre en compte l’immense parc solaire du Sahara qui pourrait bientôt exporter de l’électricité vers l’Europe, si le gouvernement tunisien approuve la demande de construction. Le grand projet de Noor Ouarzazate est également très attendu. La construction de la plus grande centrale solaire au monde devrait s’achever d’ici la fin de l’année, pour un coût total de 9 milliards de dollars.

Dans ce cadre, les alliances entre les organismes publics et les sociétés privées jouent un rôle clé. Le secteur privé met à disposition son expertise afin de fournir des infrastructures et des services rentables. Les décisions transparentes et rapides des organismes publics permettent la mise en œuvre et la gestion efficace de ces partenariats.

Mustapha Bakkoury, président du conseil d’administration de l’Agence Marocaine de l’Energie Solaire (MASEN), affirme que « croire que cela est faisable ne suffit pas », soulignant le scepticisme qui caractérise encore certains gouvernements de pays africains. Quelle est la position de Trace Software ? Des initiatives ont été prises dans le secteur des énergies renouvelables. Restez à l’écoute.

Voulez-vous en savoir plus?
Tracesoftware – Empowering electrical solutions.
 Webinars    eSHOP    Ventes