Les femmes dans l’ingénierie

Les femmes sont beaucoup moins présentes dans les métiers de l’ingénierie que les hommes.

Un rapport de l’UNESCO fournit des données intéressantes à ce sujet :

En Europe et en Amérique du Nord, le nombre de diplômées en ingénierie, physique, mathématiques et technologies de l’information est généralement faible.

Par exemple, les femmes ne représentent que 19% des ingénieurs au Canada, en Allemagne & aux États-Unis, et 22% en Finlande.

Cependant, il y a quelques points positifs : 50% des diplômés en ingénierie à Chypre sont des femmes, 38% au Danemark et 36% en Russie.

En France, seulement 21% des ingénieurs en poste sont des femmes. Au Japon et en Corée du Sud, les femmes ne représentent que 5% et 10% des ingénieurs.

Ce sont les deux pays qui présentent les écarts les plus importants en termes de rémunération entre hommes et femmes chercheurs parmi les membres de l’Organisation de coopération & de développement économiques : 29% pour le Japon et 39% pour la Corée.

 

Quels sont les obstacles rencontrés par les femmes dans les métiers de l’ingénierie ?

S’appuyant sur un corpus de recherche vaste et diversifié, des recherches récentes mettent en lumière les facteurs sous-jacents à la sous-représentation des femmes dans ces domaines, y compris les stéréotypes et les préjugés dans l’environnement de travail.

La thèse soutenue par le Harvard Business Review affirme que la culture de l’ingénierie – valeurs, croyances et normes partagées – contribue à la sous-représentation des femmes dans la profession et représente donc une menace pour l’identité sociale du genre féminin dans l’industrie.

Des centaines d’études ont souligné l’existence de ce qu’on appelle la « menace du stéréotype », c’est-à-dire la situation où les femmes risquent d’être catégorisées comme appartenant à un groupe social assimilé à des stéréotypes négatifs. Cette situation affecte négativement la performance intellectuelle des femmes et ne permet pas une exploration complète de leur potentiel.

La recherche menée par AAUW indique que les stéréotypes sont plus fréquemment présents lorsque peu de femmes travaillent dans une organisation, donc dans une situation où il est difficile de créer un sentiment d’appartenance.

Le pourcentage de femmes ingénieurs quittant la profession est beaucoup plus élevé que celui de leurs collègues masculins, l’une des causes étant le manque d’intégration sur le lieu de travail.

En conclusion, l’expansion de la représentation des femmes dans l’ingénierie exige un effort conjoint des établissements d’enseignement et des milieux de travail, qui doivent favoriser et motiver l’éducation des femmes vers les métiers de l’ingénierie et éliminer les préjugés implicites qui les pénalisent.

L’ingénierie & l’informatique se distinguent comme la plus vaste catégorie des STEM, représentant plus de 80% de la main-d’œuvre, offrant une gamme variée d’opportunités de haute qualité.

La diversité contribue à la créativité, à la productivité et à l’innovation. Ce sont les expériences des hommes et des femmes qui vont faire évoluer l’ingénierie et l’innovation technologique.

Selon Melinda Gates, le temps est venu de surmonter l’écart entre les genres dans l’industrie au sens large.Ce n’est pas seulement une opinion, mais une vraie mission qu’elle s’est donnée à travers son nouveau projet axé sur la promotion du rôle des femmes dans la technologie, en encourageant notamment l’accès à emploi.

Chez Trace Software International, nous croyons fermement que les efforts doivent être axés sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Lorsque nous recherchons un profil professionnel dans le domaine de l’ingénierie, l’accent est mis sur sa formation et son potentiel à participer au succès de l’entreprise.

 

Voulez-vous en savoir plus?

Tracesoftware – Empowering electrical solutions.

 Webinars    eSHOP    Ventes

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *